Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 avril 2011 6 23 /04 /avril /2011 01:46

argentOccasion ratée de redonner du pouvoir d'achat aux Arnolphiens à l'occasion du conseil municipal de ce 22 avril.

En effet, notre groupe a utilisé son droit d'amendement pour proposer une réduction du taux d'imposition sur le foncier bâti de 5%. Une baisse des impôts locaux qui aurait permis notamment de compenser la hausse sans précédent des énergies à laquelle nous sommes actuellement confrontés.

Malheureusement, cet amendement n'a recueilli que 11 voix pour et 13 voix contre (les supporters du maire), les 5 élus du groupe socialiste de Mr Husson ayant choisi de s'abstenir, empêchant ainsi cette baisse des impôts. Une décision que nous trouvons regrettable et surtout incompréhensible quand on se rappelle que ces mêmes élus s'étaient opposés l'an dernier à cette hausse de 5%.

Pour ceux qui veulent davantage de précisions sur ce point, en voici l'historique.

En mars 2010, Mme le Maire demandait au Conseil Municipal de voter une augmentation du taux d’imposition sur le foncier bâti de 5% passant ce taux de 10,01 à 10,51. L’objectif était de pouvoir financer les projets d’investissement importants. Cette mesure a permis selon Mme le Maire de collecter 39 000 euros de recettes supplémentaires pour la commune (CM du 22/04/11).
Un an après cette augmentation des impôts, nous constatons que seulement 58% des 3 millions d’euros prévus en dépense d’investissement en 2010 ont effectivement été dépensés. Et dans le même temps, plus d’1 million d’euros ont été économisés sur le budget de fonctionnement.

A l’occasion du conseil municipal du 22 avril dernier, Mme le Maire a demandé que le taux de 10,51 soit maintenu. Les 9 élus de notre groupe ont proposé que soit soumis au vote le retour au taux d’imposition de 2009, soit 10,01. Nous avons justifié ce choix de vouloir baisser les impôts par deux raisons fondamentales : nous pensons qu’il est utile de baisser la pression fiscale des Arnolphiens en cette période où la situation économique est difficile pour tous avec des hausses des coûts de l’énergie sans précédent. Enfin, tout simplement, la commune n’a pas besoin de cet argent qui ne ferait que remplir davantage encore son bas de laine.

Sans surprise, le groupe de Mme le Maire a refusé d’envisager de baisser les impôts. Si les autres élus d’opposition nous ont apporté leurs voix pour ce vote, les 5 élus socialistes ont choisi de s’abstenir, offrant la majorité relative à Mme le Maire (11 pour, 5 abst., 13 contre). Une décision d’autant plus surprenante qu’ils s’étaient opposés à cette augmentation en 2010 comme je l'ai déjà précisé !

Repost 0
Published by didier Jacobée - dans Votre argent
commenter cet article
23 avril 2011 6 23 /04 /avril /2011 01:36

tous-calculs-faits.jpgEn France, et depuis le 1er juilet 2010, les collectivités territoriales ont un délai maximum de 30 jours pour payer leurs factures, sous peine d'intérêts moratoires.

Ce raccourcissement des délais de paiement ne s'est pas fait du jour au lendemain puisque cette réforme a été lissée sur la durée depuis avril 2008 pour passer de 45 jours à 30 jours aujourd'hui, suivant cela une directive européenne visant à faciliter l'accès des PME aux marchés publics.

Or depuis des mois, le 1er adjoint chargé des finances de Saint Arnoult ne cesse de nous présenter des bordereaux d'intérêts moratoires parce que notre commune n'arrive pas à payer ses fournisseurs dans les délais légaux.

Hier, lors du conseil du 22 avril, il nous a ainsi été demandé de valider les paiements d'intérêts moratoires pour "Cité et Environnement" 750,02 € + 23,80 €+ 28,17 € + 49,97 €, "Direction Départementale de l'Équipement" 54,72 €, "Cabinet Ruelland" 76,14 €, "Yvelines Restauration" 58,87 €, "Poiry Environnement" 23,24 €, "M3R" 14,63 €. Soit un total de 1 079,56 € pour ce mois-ci d'intérêts de retard.

Interrogé sur les raisons de ces retards, Mr le 1er adjoint a commencé par vouloir rejeter la responsabilité de ces retards sur les élus de l'opposition car depuis que le conseil municipal a retiré ses délégations au maire, elle ne peut plus signer aucun mandat de paiement sans avoir reçu au préalable l'accord du conseil municipal. Une attaque sans fondement puisque le conseil municipal se réunit au moins une fois par mois et d'ailleurs, rien n'empêche le maire de le convoquer tous les 15 jours si elle le souhaite.

Il a ensuite incriminé les agents des services comptables qui n'arrivaient pas à travailler assez vite, qui tombaient malade, qui partaient en vacances, etc. Sans commentaire, les agents municipaux apprécieront.

Il a même essayé de justifier ces retards par le blocage du budget 2010 "qui a bloqué les paiements plusieurs mois". En fait, la Chambre Régionale des Comptes a défini le budget 2010 de la commune dès la mi-juillet, il y a plus de 9 mois ! Encore raté !

Il aurait pourtant été simple d'admettre qu'au lieu de s'occuper de politique et de contrôler du matin au soir tous les agissements des élus et du personnel municipal en mairie, il aurait mieux fait de faire son boulot d'adjoint aux finances et de contrôler le paiement de nos factures. Ca permettrait en tous cas de faire économiser aux Arnolphiens plus de 1000 euros par mois, c'est-à-dire un peu plus que le montant de ses indemnités qui lui sont versées pour sa charge, et d'éviter de malmener nos fournisseurs.

Les 9 élus de notre groupe ont décidé désormais de voter contre le paiement de ces intérêts "obligatoires" pour protester contre la désorganisation de la comptabilité communale. Mr Chevallier a lui aussi voté contre le paiement de ces intérêts. Ce qui fait déjà 10 voix. Les élus de la liste socialiste, Mr Blot et les 13 partisans du maire ont quant à eux choisi de voter pour. Nous avons bon espoir que si cette situation venait à perdurer, certains pourraient changer d'avis...

Repost 0
Published by poursaintarnoult - dans Votre argent
commenter cet article
23 juillet 2010 5 23 /07 /juillet /2010 05:47

argentNotre groupe avait demandé que soit inscrit à l'ordre du jour du Conseil Municipal du 22 juillet, la révision des indemnités du Maire et de ses Adjoints.

Lors de l'installation en 2008 de cette nouvelle mandature, le Conseil Municipal avait tout d'abord attribué au Maire la totalité des 22 délégations optionnelles possibles en plus de ses 3 délégations statutaires.

Dès lors, il avait voté l'attribution pour le maire et ses adjoints de l'indice maximum des indemnités autorisées par la réglementation.

En juin dernier, ce même Conseil Municipal a choisi de retirer au Maire ses 22 délégations qu'il lui avait attribué en 2008, ne lui laissant plus que ses 3 seules délégations statutaires. Ce retrait modifie de manière importante les fonctions du Maire et de ses adjoints, de même que leur responsabilité : on le voit bien en étudiant l' ordre du jour des derniers conseils municipaux, c'est maintenant le Conseil Municipal qui doit faire le travail réalisé avant par le bureau municipal.

Dans ces conditions, et compte-tenu du contexte économique local et national, il paraissait logique d'étudier la diminution des indemnités versées mensuellement à notre Maire et à ses adjoints.

D'ailleurs, les 3 adjoints de notre groupe avaient signé cette requête.

Les montants en jeu ne sont pas négligeables. Une baisse de 50% de ces indemnités se serait traduite par une économie d'environ 4 000 euros par mois, soit 50 000 euros sur l'année, l'équivalent de la hausse des impôts locaux proposée par le Maire cette année, et donc 200 000 euros d'ici à la fin du mandat !

Malheureusement les élus socialistes du groupe de Mr Husson, ainsi que Mr Blot, ont estimé que notre Maire méritait toujours de bénéficier de l'indice maximum de ses indemnités et ont donc apporté leurs voix en soutien à celles de Mme le Maire.

Notre requête a donc été rejetée par 10 voix Pour et 17 voix Contre.

Les Arnolphiens jugeront, en réglant leur feuille d'impôts à la rentrée, de la justesse de cette décision.


Repost 0
Published by Didier Jacobée - dans Votre argent
commenter cet article
9 juin 2010 3 09 /06 /juin /2010 07:13

armoire tennis de tableJe ne résiste pas à vous raconter une anecdote qui illustre bien les modes de fonctionnement (ou de dysfonctionnement) de notre administration municipale.

Il y a deux ans, j'avais relayé une demande qui m'avait été faite de la section tennis de table de l'USSA, de remplacer la vingtaine de raquettes qui servent aux enfants des écoles lorsqu'ils viennent pratiquer ce sport merveilleux, pour un coût d'un peu plus de 300 euros.

 

Cet achat étant à destination des écoles, il devait être porté par le service scolaire. Mme Bui, l'adjoint au maire en charge du scolaire avait donc également validé cette demande. Notre commune finance en effet chaque année l'intervention d'un moniteur de tennis de table dans nos écoles. Cette démarche pérenne contribue sans doute aux résultats exceptionnels qu'obtient la section jeunes de tennis de table de l'USSA, dirigée par une équipe de bénévoles remarquable.

 

Si vous ne le savez pas, apprenez que chaque dépense envisagée par notre commune, qu'elle soit signée par un adjoint au maire ou initiée par un agent communal, doit être contresignée soit par le maire en personne, soit par le 1er adjoint.

Cette pratique ralentit bien sûr toutes les procédures, retire toute autonomie aux adjoints (dont c'est pourtant le travail de vérifier les dépenses de leur secteur par rapport au budget), et se termine généralement par des décisions à l'emporte-pièce qui génèrent des heures de discussions stériles. On confond ici contrôle de gestion avec gestion efficace.


En ce qui concerne notre commande de 20 raquettes de tennis de table, celle-ci aura mis 2 ans pour aboutir et obtenir le saint-graal de la contre-signature (je vous laisse imaginer le nombre de discussions et de réunions et le temps perdu sur ce dossier). La raison évoquée : il y aurait déjà eu une commande passée de raquettes, directement livrée aux écoles (mais qui n'ont jamais été retrouvées).

 

Ce fiasco aurait pu s'arrêter là. Mais au contraire, c'est à cet instant que commence le croustillant.

 

Car il y a 15 jours, les joueurs du tennis de table ont eu la surprise de découvrir sur le mur de leur salle d'entraînement au gymnase, une superbe armoire toute neuve mais fermée à clef. Après enquête il s'agit d'une armoire posée par la commune pour protéger l'accès à un matériel sensible : nos précieuses raquettes de tennis ! Non, la section USSA n'aura pas les clefs, seules les écoles les auront. Colère des responsables de l'USSA qui se sentent accusés de détournement de matériel. Pourquoi les raquettes de tennis de table et pas les ballons de foot, de hand ou de basket, etc. Polémique.

Bien sûr, est arrivé ce qui devait arrivé, une classe est venue sans la précieuse clef et est repartie bredouille !

 

A l'heure à laquelle cet article est écrit, le président de la section USSA de tennis de table a exigé que cette armoire de la honte soit retirée sous 8 jours.

 

Voilà oû on en est. Le bilan est lourd. 2 ans perdus pour une commande 300 euros, 2 ans de retard pendant lesquels nos enfants ont joué avec du matériel déterioré, à l'inverse une armoire achetée (sur quel budget ?) totalement inutile, intervention des services techniques pour se la procurer puis la fixer (et bientôt la retirer ?), passage en force, remise en cause de l'autorité de la mairie, détérioration du dialogue, etc.


Reste la question à 1 euro : qui a bien pu imaginer cette solution ridicule et qui du maire ou du 1er adjoint a contresigné ces dépenses ?

Repost 0
Published by Didier Jacobée - dans Votre argent
commenter cet article
15 avril 2010 4 15 /04 /avril /2010 21:38

Félicitations tout d'abord à toutes les personnes qui ont participé à l'organisation du salon d'Art 2010.

Il est très beau et d'une excellente qualité.

 

Mais il faut que je vous rapporte un fait.


la vitrine du maireComme il manquait  deux vitrines pour exposer les sculptures du salon, Mr Jacobée s'était proposé de prêter gratuitement deux armoires vitrées. Mais Mme le maire apprenant cette offre, a refusé tout prêt de Mr Jacobée et a préféré faire louer une vitrine (photo jointe). Par conséquent  au lieu d'avoir deux vitrines comme prévu, une seule a été retenue, et en plus cette location faite une fois de plus dans l'urgence a coûté la bagatelle de 404 €.


Les bénévoles du salon d’art, qui donnent de leur personne sans compter, apprécieront.


Les contribuables que nous sommes aussi, puisque c'est nous qui avons payé de notre poche la vendetta personnelle du Maire.


En période de crise, est-ce bien utile de dépenser cet argent, notre argent ?


Pour Mme le Maire, ce n'est pas son souci, elle exige et chacun d’entre nous doit payer ! Jugez vous-même combien coûte un petit caprice de Mme Poussineau.

Le rôle d'un élu est de s'assurer que l'argent de la commune soit dépensé à bon escient.


Voilà un petit exemple de la gestion du maire.

Malheureusement, il y en a beaucoup d’autres.

 

Qu’en pensez-vous ?

Repost 0
Published by Chantal Quignon - dans Votre argent
commenter cet article

Présentation

  • : Pour Saint-Arnoult
  • : Réflexions et analyses de la vie communale de Saint-Arnoult en Yvelines
  • Contact

Profil

  • poursaintarnoult

Recherche

Liens